Gérer les appareils mobiles de ses apprenants


Jean-Luc Trussart, Conseiller pédagogique au Cégep régional de Lanaudière, nous livre ses réflexions par rapport à l’attitude à adopter avec ses étudiants et leurs appareils mobiles. Faut-il les interdire, cadrer leur utilisation ou les intégrer dans les activités d’apprentissage ?
L’étendue de la possession d’appareils mobiles nous oblige en effet à nous questionner sur les enjeux qui en découlent. Comment gérer les distractions potentielles ? Comment faire en sorte que ces outils soient utilisés de manière positive et constructive ?

Il nous propose tout d’abord de s’interroger sur le climat de classe que l’on établit avec ses étudiants. L’intégration des outils numériques en classe peut en effet améliorer l’apprentissage et le climat, mais peut tout aussi bien les détériorer.
Il est donc nécessaire d’établir des règles. Ces règles sont laissées à l’appréciation de chaque enseignant, mais elles doivent être claires et constantes, au risque de laisser les étudiants tester les limites. L’auteur donne des exemples très concrets de règles et limites et fournit des exercices vous aidant à y voir plus clair.
Une fois établies, les règles peuvent également faire l’objet d’une certaine tolérance. Ce sont les écarts « acceptables ». Les écarts doivent cependant être rapidement réalignés. De même, les sanctions éventuelles doivent être connues d’avance. Il faut absolument éviter d’entrer dans une « zone de rupture », qui dépasse la zone de tolérance. D’où l’intérêt pour les enseignants de réfléchir à ces règles afin de ne pas agir dans la précipitation en réaction à une situation de conflit.
Pour découvrir le dossier en entier : http://www.profweb.ca/publications/dossiers/la-gestion-de-classe-a-l-ere-du-numerique-partie-1-entre-coherence-et-tolerance

Dans une deuxième partie du dossier, Jean-Luc Troussart invite à réfléchir à différentes stratégies de gestion de classe. Il n’existe pas qu’un modèle et qu’une seule solution. Il est évidemment important de prendre en considération le contexte, les approches pédagogiques, les contenus, l’outil numérique et les caractéristiques des apprenants.
 
Voici, en bref, les 6 approches proposées dans ce dossier.
• L’approche exploratoire consiste à imiter ses collègues ou ce qu’on a vécu ou lu. On procède par essai/erreur.
• L’approche permissive consiste à intervenir le moins possible dans la gestion de la classe. Elle consiste à favoriser l’autonomie des étudiants.
• L’approche autoritaire, au contraire, définit des règles strictes et prévoit des sanctions pour punir les écarts.
• L’approche comportementaliste consiste à encourager les étudiants à adopter les comportements adéquats.
• L’approche collaborative vise à partager l’autorité avec les étudiants.
• L’approche anticipatoire consiste à proposer des activités d’apprentissage correspondant aux acquis, aux besoins et aux champs d’intérêt des étudiants.
L’auteur développe des exemples de chacune de ces approches et en détermine les avantages et les limites. Il encourage à combiner efficacement les diverses approches en fonction du moment, de la situation et des objectifs afin de favoriser un climat de classe positif et encourageant pour les étudiants.
Ce 2e volet est disponible à l’adresse : http://www.profweb.ca/publications/dossiers/la-gestion-de-classe-a-l-ere-du-numerique-partie-2-varier-ses-approches-pour-mieux-intervenir