Hybrider la formation des enseignants


La DANE (Délégation Académique au Numérique Éducatif) de l’académie de Dijon propose une note sur les formations hybrides pour clarifier les enjeux, les atouts et les implications de cette modalité de formation des enseignants.

Pour rappel, l’hybridation d’une formation consiste à proposer diverses modalités de formation interconnectées : en présentiel et en ligne / avec ou sans formateur / individuelle, collective ou collaborative. Les modalités vont du « tout en présentiel » (avec quelques ressources en ligne) au « tout en ligne » (avec des rencontres présentielles ponctuelles). Les combinaisons sont donc très variées. Les technologies permettent évidemment la mise en place de tels dispositifs.
Les principaux intérêts soulignés par les auteurs sont d’abord la variété d’activités offertes, le sentiment d’appartenance à une communauté, la liberté dans le rythme d’apprentissage, l’expérience de l’apprentissage hors des normes traditionnelles et la pratique réflexive sur son propre apprentissage et ses pratiques d’enseignement.

Une expérience réussie s’appuiera sur ces 4 piliers :

  • Un scénario pédagogique détaillé qui offre l’accès à toutes les informations nécessaires au bon déroulement des activités
  • Un positionnement des compétences des apprenants et leurs attentes
  • Des activités variées menant à des productions qui ont du sens pour les apprenants
  • Un tutorat adéquat.

La conception d’une telle formation implique évidemment des compétences disciplinaires, technico-pédagogiques et multimedia et donc pas mal de temps et d’investissement pour les équipes concernées.

De même, si la mise en ligne d’activités et de ressources permet un certain gain de temps en face à face, il est illusoire de penser qu’on va « gagner » du temps ! Le tutorat et l’accompagnement demandent un temps souvent supérieur aux activités en présentiel. Cette réflexion sur le « temps » de formation est à mettre en perspective par rapport au temps institutionnel habituel. Il est nécessaire d’informer l’ensemble des acteurs sur les attendus et les contraintes.
Pour les apprenants, futurs profs, c’est évidemment une excellente occasion de s’interroger sur ses capacités numériques, mais aussi sa capacité d’apprendre à apprendre.
Les auteurs proposent une carte conceptuelle de cette hybridation qui donne un aperçu complet des enjeux :

Figure 1 : réseau DANE
Si cet article concerne la formation d’enseignants en France, les avantages et contraintes sont tout à fait applicables à des contextes différents.
En savoir plus : http://dane.ac-dijon.fr/2017/08/21/hybrider-la-formation-des-enseignants/