TIC, restons critiques


Françoise Van Miegroet, Coordinatrice de la Formation-relais© au CPFB de Louvain-la-Neuve nous partage expérience et réflexion autour de l’intégration du numérique au sein de la Formation-relais© organisée au CPFB.

 

Au CPFB, les TIC sont matérialisées par une Cyberclasse, une valise de 24 tablettes, des PC portables et bientôt un tableau blanc interactif nomade. Le centre exploite également depuis environ six ans la plate-forme d’apprentissage en ligne et de travail collaboratif Claroline baptisée MyCPFB. Notons que cette dernière est appelée à disparaître au profit d’une plate-forme Moodle.

C’est dans ce contexte que l’opportunité de développer de nouveaux outils pédagogiques s’est fait ressentir.

Au sein de la Formation-relais© (destinée aux étudiants de l’enseignement supérieur en réorientation d’études), le cours de méthodologie est une des cibles de notre récente expérience TIC. Plus précisément, le cours de « recherche documentaire » est au centre d’une nouvelle pratique qui intègre les iPads, le WIFI et l’application Evernote.

Il s’agit d’utiliser, en salle de cours, divers moteurs de recherche spécifiques, des catalogues de bibliothèques, des portails d’éditeurs, des mots-clés et leurs équations, bref toutes sortes d’outils permettant d’accéder à des documents pertinents et de qualité sur un sujet donné. Des grilles critériées relatives à la pertinence et à la qualité des sources ont préalablement été appréhendées par les étudiants. Il faut peut-être rappeler que l’application Evernote, associée à un navigateur Internet, est utilisé ici pour enregistrer instantanément chaque résultat de recherche (photos, vidéos, pages Web, articles pdf, copies d’écran, références d’ouvrage et leur localisation en bibliothèque …). Ce recueil d’informations est ensuite accessible sur n’importe quel appareil (tablette, smartphone, ordinateur) que l’étudiant soit chez lui, en bibliothèque, en salle de cours ou tout autre endroit avec accès Internet.

Mais où réside la spécificité du dispositif ? Jusqu’ici, la recherche documentaire s’effectuait sur ordinateur et les étudiants enregistraient le fruit de leur recherche via un fichier Word ou prenaient des notes manuscrites ou encore s’envoyaient des mails pour retrouver chez eux leurs résultats. La triangulation tablettes, WIFI et Evernote offre beaucoup plus d’efficacité et permet une interactivité entre l’enseignant et les étudiants et entre les étudiants eux-mêmes. En effet, l’ergonomie des tablettes autorise beaucoup plus de mobilité et offre la possibilité de travailler parfois en petits groupes ce qu’y est plus difficile avec des postes fixes d’une Cyberclasse. Il est aussi prévu de s’équiper du petit boitier « Apple TV » qui permettra à n’importe quel étudiant de projeter l’écran de sa tablette vers le grand écran de la salle de cours et d’ainsi pouvoir partager une situation de recherche particulière avec tout un groupe.

Vu sous cet angle, un tel dispositif peut sembler attractif et simple à mettre en œuvre. Il faut toutefois temporiser quelque peu cette première appréciation. Avant toute chose, il faut s’assurer de la stabilité du WIFI avec autant de connexion. Ensuite, il faut aussi s’assurer d’organiser les cours dans les locaux équipés de cette technologie. Ces « détails » seraient un motif d’abandon. A côté de cela, une part non négligeable du cours a été consacrée à la prise en main de l’application « Evernote » qui n’est pas aussi intuitive qu’elle n’y paraît et présente des interfaces différentes sur tablette et sur ordinateur. Ces prises en main et acclimatation se font au détriment de l’objectif premier qui reste bien la recherche documentaire et que le volume d’heures de cours reste identique.

Cette expérience illustre l’oscillation entre enthousiasme et désenchantement et même si les TIC doivent être intégrées à nos pratiques pédagogiques, il faut garder un œil critique sur le rapport coût/bénéfice : les étudiants ont clairement apprécié ce module de cours sur tablettes, mais l’objectif premier qu’était la recherche de documents pertinents et de qualité a-t-il pu être atteint avec le même degré d’efficacité qu’auparavant compte tenu qu’il a fallu au préalable apprivoiser une application qu’aucun d’eux ne connaissait ?

Il faut entrer dans l’ère des TIC mais pas à tout prix. Réinterrogeons sans cesse les objectifs premiers de nos dossiers pédagogiques ainsi que les savoirs et savoir-faire que nous devons transmettre !

 

Le site du CPFB : http://www.cpfb.be/sitecpfb/

Envie d’en savoir plus ? Contacter la personne-relais au CPFB